samedi 13 juin 2015

L comme... la tombe des Lyon d'Amérique

Cette tombe, j'en ai déjà parlé à la lettre F.

En effet, c'est l'une des rares sépultures qui présentent le nom de la famille à l'avant et à l'arrière du petit édifice.

Elle abrite la famille Doriot-Lyon. "Pas de notre famille", disait ma grand-mère. Et bien si !

Sur la stèle trois personnes sont mentionnées :


Pierre DORIOT (1819-1884)
Suzanne LYON née DORIOT (1816-1880)
et Adèle DURBEC née LYON (1860-1940)

Mais ce sont deux cartes postales (encore elles, voir la lettre I) qui m'ont permis de découvrir la vérité.

Tout commence par celle-ci qui figurait dans les papiers de mon arrière arrière-grand-père Charles Doriot, créateur et chef de la fanfare d'Etupes :



 Elle part de Philadelphie le 5 mars 1913 et arrive le 15 en France :


Elle est rédigée dans un français parfait et est signée d'un simple Geo Lafferty, un nom plutôt anglo-saxon  :


Je savais que Charles Doriot était allé aux Etats-Unis en 1886 et en particulier à Philadelphie, je pensais donc qu'ils étaient amis. Cependant, en effectuant des recherches, je me suis aperçu que ce Geo Lafferty, en fait, Georges Lafferty est né en 1859 en Californie, un an plus tôt que Charles Doriot. Et qu'il est le fils d'un certain Fountain Lafferty et de Catherine Marguerite Doriot né en 1823 à Etupes, cousine de Charles.

Cette dernière se marie deux fois et à la mort de son premier mari avec lequel elle a des enfants, elle se remarie.

La curiosité m'a fait rechercher l'entourage de cette Catherine Doriot. Je lui ai trouvé plusieurs frères et sœurs, en particulier un certain Pierre et une certaine Suzanne... Deux des trois locataires de la tombe du cimetière d'Etupes.
Suzanne est née à Etupes le 2 décembre 1816 et descend comme moi du couple Jean-Georges Doriot et Marie-Marguerite Maillard-Salin, venu s'installer à Etupes au XVIIIe siècle.
Son frère Pierre, lui, est né le 19 novembre 1819 à Etupes et va mourir le 22 juin 1884 à Pierrefontaine-lès-Blamont, berceau de la famille Doriot.

C'était donc peut-être du côté des Etats-Unis qu'il fallait chercher. En effet, divers recensements les font apparaître de l'autre côté de l'Atlantique. Si Pierre, qui exerce la profession de tapissier (upholsterer en anglais) n'a pas de descendance, il en va tout autrement de Suzanne.

Celle-ci épouse un certain Myron Lyon et a, entre autre, Adèle Emilie Lyon né en 1860 aux Etats-Unis et morte en 1940. Cette dernière a épousé à Etupes le 26 juin 1881, Jules Jospeh Philippe François DURBEC né le 3 juillet 1845 à Toulon dans une famille aisée.

Le couple aura plusieurs enfants dont Jules Léon Pierre Durbec né à Houilles le 18 juillet 1883 et décédé chez lui au 40 rue Berthe dans le XVIIIe arrondissement de Paris.
En 1882, le 8 mai, c'est sa sœur Adèle Suzanne Durbec qui naît à Houilles. Elle se mariera le 26 avril 1904 à Nice avec Emile Louis Monnin-Gillot (né à Beaucourt en 1877) et décédera le 22 janvier 1966 à Coubon (42).

Voilà donc l'histoire (mouvementée) des Doriot-Lyon.

Mais ce n'est pas encore terminé.
Puisque par hasard, sur un site de vente de cartes postales anciennes, je découvre cette carte que j'ai déjà :


Mais qui comporte une correspondance adressé à un habitant de Philadelphie et signée "Lafferty"


Elle est datée du 27 juillet 1909 et comporte ce texte :
"Dear Geroge
This is the church I used to wrestle with the cathechism in my younger days"

Soit :

" Cher George,
Voici l'église où j'ai eu l'habitude de me débattre (de lutter) avec le catéchisme dans ma jeunesse"

Le fameux Geo Lafferty, 50 ans, qui se retrouve à Etupes et qui envoie cette carte. Une carte qui nous apprend qu'il était déjà venu dans le petit village de sa mère quand il était jeune et qu'il y avait passé quelques temps.
L'immigration aux Etats-Unis n'était donc pas un aller sans retour. Des liens subsistaient donc encore entre ceux qui partaient et la famille qui restait. Du moins celle-ci.

Mieux, ce Geo Lafferty s'est même marié en 1887 à Philadelphie avec...Louise Emélie Doriot, une cousine d'une autre branche née à Etupes en 1865...

7 commentaires:

Guillaume a dit…

Passionnant !

Frédéric P. a dit…

Merci beaucoup !

Anonyme a dit…

Tres bon article et vous avez garde le meilleur pour la fin. Vous n'etes pas le premier dans ce challenge a mentionner avoir trouve une carte postale avec un texte d'un ancetre. Je trouve ca extraordinaire et me demande comment tout ca atterri sur internet. Lecon apprise: quand je chercherai des cartes postales dans l'avenir, je prendrai le temps de voir l'envers de la carte s'il est disponible. On ne sait jamais!

D'ors et d'arts a dit…

Quand le hasard fait bien les choses, passionnant et amusant !

Frédéric P. a dit…

Merci. La correspondance est en effet parfois plus importante que la vue.

Frédéric P. a dit…

Merci !

Anonyme a dit…

Ce billet est fort bien mené et illustre toutes les recherches
il se savoure

Fanny-Nésida