vendredi 20 juin 2014

R... comme Repas de fête en fanfare

Le père de mon arrière grand-père, Charles Frédéric Doriot était un musicien chevronné. En 1886, il fonde la Fanfare d'Etupes et rafle avec elle, au fil des années et des concours, une foule prix.

Symptomatique de cette époque, et héritière des orphéons, la fanfare municipale fait partie intégrante de la vie du village et participe à toutes les cérémonies et commémorations patriotiques.

La fanfare d'Etupes au début du XXe siècle
Non content d'écumer les alentours du village et même de la région avec un fameux concours à Besançon en 1905, la Fanfare d'Etupes, sous la direction de Charles Doriot s'aventure au-delà des frontière française. Du 15 au 18 août 1902, la formation s'en va donc engranger prix d'interprétation à vue, prix d'exécution et prix de direction en Suisse toute proche.


La carte du Chef
Mais pour bien concourir, il faut une logistique à toute épreuve.
C'est ainsi qu'un commissaire, nommé par le comité d'organisation, fait le lien avec les responsables de formation.
Au final, si l'hébergement est spartiate pour les exécutants. Enfin, spartiate pour nos yeux actuels, les repas sont plus... roboratifs. Une convention est, en effet, signée entre Jean Gobel, aubergiste à Carouge, une ville qui jouxte Genève, et Charles Doriot.

Les membres de la fanfares prendront leurs repas au 9 place du Rondeau. Un lieu prédestiné pour des musiciens, le rondeau étant une pièce musicale...

Le matin, les musiciens qui sont une petite trentaine commenceront la journée par une solide collation : "café noir, café au lait ou soupe, ceci au gré de la personne"

A midi : "Salé mêle (charcuteries) et beurre, viande rôtie, légume et fromage, une bouteille de vin (par personne) et pain à discrétion"

Le soir : "Potage, salé mêle, viande en sauce, légume, poulet rôti, salade, fromage, dessert, une bouteille de vin et pain à discrétion".

Pour ceux qui en voudraient encore, pas de problème, la bouteille de vin supplémentaire est à 0,50 cts et le café avec liqueur à 0,25...

Donc, on savait manger et... boire en ce temps-là.

Pourtant, la fanfare arbore un beau palmarès que les habitants d'Etupes fêtent dignement à leur retour. En voici la preuve en image via cette carte postale :



Et si l'on zoome un peu, on pourrait presque lire le palmarès inscrit sur la pancarte. En tout cas on y voit le chef en ce 19 ou 20 août 1902 et même sa maison, puisque la fête avait toujours lieu devant chez lui...




1 commentaire:

M'zelle Tinou a dit…

Ah les fanfares, je me rappelle étant petite, les fanfares accompagnées par les majorettes.Je m'émerveillais de les voir réussir à faire de la musique tout en marchant et les majorettes à faire toutes ces figures avec leurs bâtons en marchant également. Ma mère avait beaucoup de mal à me faire repartir.