mardi 27 juin 2017

W... comme Wedding à l'Hôtel d'Angleterre

Vous vous souvenez qu'à la lettre A j'avais loué cette pipelette de "Vie Montpelliéraine", véritable magazine people de l'entre-deux guerre. Elle avait signalé l'arrivée d'un Plancard dans la station de Luchon en 1910.

Pour cette lettre W, je reviens encore (comme à la lettre B) sur un mariage.

Mais quel mariage. Un mariage qui a lieu le jeudi 15 avril 1920 à Saint-Brès dans l'Hérault. La petite bourgade où je me suis rendu il y a quelques années est coincée entre l'A9 et la N113. Et son église se découvre au détour d'une ruelle :




C'est là qu'Henriette Plancard, fille de Guillaume Michel (décédé en 1916), industriel à Carcassonne et d'Antoinette Verger, s'unit à Jean Cellier, fils "de Joseph Cellier, de Vendémian, ancien maire de Cournonterral, décédé et de Mme Jospeh Cellier, de Cournonterral".

Pourquoi Saint-Brès ? Ma famille n'a pas d'attaches dans l'Hérault étant davantage tournée vers l'Aude et la Haute-Garonne.

Car à Saint-Brès, il y a un château. Aujourd'hui propriété de la commune, il appartenait au moins à partir de 1926 à André Plancard, un fils de Guillaume-Michel qui y réside avec sa mère. D'ailleurs le cortège part de cet édifice à l'église toute proche. André se mariera en 1926 à Montpellier.
C'est d'ailleurs ce frère d'Henriette qui la mènera à l'autel.


"La Vie Montpelliéraine" du 9 mai 1920 détaille par le menu ce "beau" mariage :


On remarque que le pape Benoît XV leur donne leur bénédiction. Il est toujours possible d'en demander une aujourd'hui. Le petit plus qui fait plus !

Mais "La Vie Montpelliéraine" va plus loin en détaillant tout le cortège et en précisant les tenues vestimentaires de chaque personne ! Une vraie photographie.


On remarque dans le cortège toute la famille proche : les Andrieu et les Bureau. Ainsi que des Soréziens, des élèves d'une école privée du Tarn. On peut s'amuser à rechercher les anciens de cette école sur le site ad-hoc.

Après les robes "liberty noir et tunique pailletée or et argent" et celles "en taffetas blanc brodé vert jade" le cortège se rend "en automobile" à Montpellier à l'hôtel d'Angleterre "où fut servi un menu digne de la réputation de cette maison et où les divertissements, chants, danses anciennes et nouvelles ont duré jusqu'au matin, pendant que les mariés partaient pour le traditionnel voyage sur la Côte d'Azur".

Voici l'hôtel d'Angleterre, rue Maguelone à Montpellier, "the place to be" à l'époque et la salle où a sûrement eu lieu le banquet :


Dans le même journal, on s'aperçoit, que moins d'une semaine plus tard, le mercredi 28 avril a lieu le mariage d'une Paule Cellier, de la même famille que Jean, l'époux d'Henriette, qui épouse Georges Gounel :


Là aussi, le cortège avec moult détail dont les époux de la semaine précédente revenu de la Côte d'Azur : Mme Jean Cellier "en satin bleu roy et tunique de tulle noir brodé or". Le mariage se régale ensuite d'un banquet au fameux hôtel d'Angleterre.

C'est la fin de l'article qui est très intéressant :
" Par ces mariages, les Cellier s'unissent à la famille très connue des grands oindustriels de Carcassonne, Plancard et Cie, et à une vieille famille de gros propriétaires de Murles, la famille Gounel, depuis bien longtemps estimée de tous".


Reste maintenant à retrouver la photos des deux mariages. Photo qui a certainement été réalisée vu l'aisance financière des familles.





1 commentaire:

Fanny-Nésida P a dit…

Le journal cité est effectivement une vraie pipelette
Le détail des tenues : témoignage d'une autre époque