mercredi 1 juin 2016

A comme André Parrot, l’Archéologue Académicien


Que de A pour la première lettre de ce ChallengeAZ dont le thème ne sera dévoilé qu’à la lettre I…

Patience.

Pour André Parrot, tout est parti d’un rangement de documents généalogiques conservés dans une grosse pochette en plastique où avaient été fourrés pêle-mêle, des coupures de presses, des actes d’état-civil en cours de classement et des notes manuscrites. Parmi ces dernières, une liste écrite par ma grand-mère maternelle Liliane Rigoulot née Doriot.

Sa belle écriture bien lisible s’étalait sur un papier quadrillé. Il y était question de la famille Parrot de Désandans, un village tout proche de Montbéliard dans le Doubs.



La grand-mère de ma grand-mère se nommait en effet Emma Louise Parrot. Née le 30 juillet 1865 à Désandans, elle avait été emportée en 1890 à Etupes (25) par une fièvre typhoïde. On reparlera d’elle à la lettre P. Son beau portrait photographique est accroché sur un mur de mon bureau. Ma grand-mère lui ressemble comme deux gouttes d’eau.

Sur la note en question, des noms sont inscrits comme « Charles Parrot, pasteur à Héricourt (70) ». et une phrase : « Le grand-père de ma grand-mère Emma Parrot et le grand-père d’André Parrot étaient frères ». En effet, le fils de Charles Parrot est un certain André qui est dit, selon ma grand-mère : « Conservateur du musée du Louvre ». C’est cette mention qui m’a le plus intrigué. Rien dans la tradition familiale ne laissait supposer cela.

La note manuscrite de ma grand-mère.

J’ai donc tapé « André Parrot » dans un moteur de recherche. Et puis… la page Wikipedia est apparue : « André Parrot, né le 15 février 1901 à Désandans (Doubs) et mort en 1980 à Paris, est un archéologue français, spécialiste du Proche-Orient ancien ». 

Photo parue dans le Figaro du 18 mars 1972


C’est lui qui découvrit le vase d’Ishtar à Larsa qu'on peut toujours admirer au Louvre et surtout la cité de Mari en Syrie.
Conservateur des musées nationaux, il devint conservateur en chef au musée du Louvre en 1946, il est surtout le premier directeur du Musée du Louvre entre 1968 et 1972.
Couvert de gloire et de décorations, il est élu membre de l’Académie des Inscription et Belles-Lettres en 1962. Il a même postulé en 1975 au fauteuil n° 32 de l’Académie Française à deux reprises. Fauteuil où a été élu finalement Maurice Rheims.
Protestant luthérien, pasteur comme son père à ses débuts, il bifurque rapidement vers l’archéologie. Et cofonde avec André Malraux, la collection « L’univers des formes » où il écrit deux volumes : Assur et Sumer.

Marié deux fois : avec Henriette Cazelles en premières noces dont il a cinq enfants puis en 1960 avec Marie-Louise Girod, qui fut titulaire des orgues de l’oratoire protestant du Louvre à Paris.
Il meurt Le 24 août 1980 dans le Ve arrondissement de Paris.
Quant au lien de parenté, ma grand-mère Liliane s’était un peu trompée dans les générations puisque c’est le père d’Emma Parrot et le grand-père d’André qui étaient frères. Autrement dit Emma Parrot et Charles Parrot était cousins germains.
Décédée en 2009, ma grand-mère me laisse un beau cadeau généalogique et un vaste champ de recherche post-mortem…

7 commentaires:

Elodie a dit…

On trouve pire comme cousinage ! Bon challenge 2016.

Guillaume a dit…

Comme l'a dit Elodie, il y a pire comme cousinage... Bravo pour cette découverte !

Museolepse a dit…

Bonjour! André Parrot est en effet un illustre archéologue, quelle chance de le compter parmi vos ascendants! Si vous souhaitez approfondir un peu son parcours, je vous conseille de vous procurer le catalogue "Voués à Ishtar: Syrie, janvier 1934 André Parrot découvre Mari", une exposition qui a eu récemment lieu à l'Institut du Monde Arabe à Paris. Il porte sur les premières campagnes de fouilles du site de Mari et vous y trouverez des reproductions de photos anciennes du site, d'André Parrot lui-même (tout jeune!) et d'extraits de son journal de fouilles, écrit de sa main. Ainsi que bien sûr le matériel qu'il a découvert.

Je vois qu'il est indisponible sur Amazon, mais j'ai pu acheter le livre à la boutique de l'Institut du Monde Arabe le mois dernier. Bonne lecture!

Evelyne Achon a dit…

Je ne peux qu'approuver les commentaires d'Elodie et de Guillaume !C'est une belle découverte !

Françoise L a dit…

Je lis avec délice ce premier article , quel joli cousinage en effet
Ath d'être à demain pour la suite du challenge

Sylvie a dit…

Un premier article passionnant, j'ai hâte de connaître le thème du challenge (je vais m'armer de patience).
Et je partage tous les commentaires précédents !

Jean-Marc Bouneau a dit…

Bonjour,
Ma mère s'est occupée alors qu'elle était jeune des enfants d'André Parrot et de Henriette Cazelles. Elle en a gardé un souvenir ému.
Ma compagne est cousine "issue de germain" avec les Koenig dont un descendant Jean Daniel a épousé Marion Parrot, une de leur fille...
Continuez à chercher... je vous conseille d'aller voir sur Généanet, vous trouverez probablement matière à remonter dans vos ancêtres...
Bon courage
J-Marc